Qu'est-ce qu'un TCC ?
 
 

 

La Société de l'Assurance Automobile du Québec définit le traumatisme cranio-cérébral (TCC) comme suit : «Traumatisme causant une destruction ou une dysfonction du système nerveux intracrânien... Pour qu'il y ait traumatisme cranio-cérébral, il faut que le cerveau ait été secoué ou frappé directement et que les cellules cérébrales ou neurones et leurs prolongements (axones) aient été endommagés... Le traumatisme cranio-cérébral provoque généralement un changement soudain de l'état de conscience dont la gravité et la durée sont variables (changement qui peut aller d'une confusion minime à un coma profond).»

Il existe différents degrés de traumatisme cranio-cérébral : léger, modéré, sévère.

Les séquelles de l'accident varient selon la zone du cerveau affectée, la gravité du traumatisme cranio-cérébral, l'âge de la personne, ses antécédents, les soins et le support reçus, etc.

Il est important de se rappeler que chaque personne traumatisée crânienne est unique et que les séquelles résiduelles peuvent être très différentes d'une personne à l'autre. De plus, certaines séquelles sont dites visibles et d'autres dites invisibles, chacune pouvant entraîner leur lot de préjugés. Il est primordial de ne rien prendre pour acquis et de simplement prendre le temps de bien connaître la personne ayant subi un TCC, afin de constater non seulement les impacts de l'accident, mais aussi toutes les forces et aptitudes de la personne, car plusieurs des facultés et potentiels de la personne traumatisée demeurent intacts, n'ayant pas été atteints par l'accident...

Les séquelles peuvent se retrouver sur le plan physique, cognitif, affectif, comportemental, familial et scolaire/professionnel:

Aspect physique
Il est à noter que les séquelles physiques dépendent non seulement de l'endroit et de l'ampleur des dommages cérébraux, mais aussi des autres blessures physiques.

Exemples de séquelles physiques possibles :

Paralysie totale ou partielle
Perte d'équilibre
Fatigabilité
Mouvements involontaires des membres
Difficulté de coordination des membres
Diminution ou perte de la vue, de l'ouïe, de l'odorat, etc.
Diminution de la tolérance aux stimuli (ex. : aux bruits)
Difficulté d'élocution
Etc.


Aspect cognitif
Les séquelles peuvent s'observer aux niveaux suivants :

L'apprentissage
L'attention
La concentration
La mémoire
La compréhension
La capacité d'abstraction
L'expression
La planification
L'organisation des tâches
La flexibilité dans la recherche de solutions
Etc.


Aspects affectif et comportemental
Exemple de séquelles affectives et comportementales possibles :

Impatience, irritabilité
Impulsivité, désinhibition (diminution du contrôle)
Variations marquées de l'humeur
Diminution de l'initiative, apathie
Diminution de la capacité d'autocritique
Diminution de l'empathie
Etc.

Aspect familial
Exemple de séquelles familiales possibles :

Conflits, séparation
Réorganisation des tâches
Insécurité
Surprotection
Demande beaucoup d'attention

Aspects scolaire/professionnel
Les séquelles peuvent s'observer aux niveaux suivants :

Difficulté à s'intégrer
Dévalorisation
Manque de confiance
Échecs successifs


L'ensemble de ces séquelles peuvent modifier la personnalité de la personne traumatisée et affecter ses habiletés sociales, ce qui peut influencer ses relations avec son entourage (perte d'ami(e)s, conjoint(e), etc.) et parfois entraîner un problème d'isolement...

En fait, les différentes séquelles peuvent engendrer des conséquences au plan familial, social, scolaire, professionnel, etc., et tout particulièrement sur l'estime de soi des personnes ayant subi un traumatisme cranio-cérébral...

Pour de plus amples informations sur le TCC, allez visiter le site suivant : www.saaq.gouv.qc.ca/documents/documents_pdf/victime/trauma_cranio.html