L'approche émotivo-rationnelle
 
 


Qu’est-ce que peut m’apporter l’approche réaliste ?
L’approche réaliste émotivo-rationnelle permet de discerner (dissocier) le vrai du faux pour son bien-être (par la confrontation d’idée). Nous sommes tous des êtres humains uniques qui possèdent en soi la clé de son plein potentiel d’accomplissement. C’est par la semence d’idées réalistes ou raisonnables qu’on peut y parvenir. C’est la voie royale par excellence ! Chaque être humain a avantage à se faire confiance dans ses choix de vie. En conséquence, il peut être nécessaire de réapprendre, de se rééduquer afin de s’approprier sa vie. On privilégie une approche où l’individu ressortira gagnant. Nos cognitions (idées, schèmes de pensée, croyances) jouent un rôle déterminant dans nos comportements. On fait souvent des choses de façon inconsciente, non délibérée ou sans s’en rendre compte car on n’a pas appris autrement.

La personne humaine est facilement influençable, sensible, déstabilisante.
Avez-vous remarqué qu’à chaque fois qu’on vous a dit (message) :
Tu n’es pas capable !
T’es trop petite !
Tu n’y arriveras pas !
Ce n’est pas pour toi !
C’est comme si on vous disait : t’es trop faible, laisse tomber.
Ce genre de message (langage) enlève ou limite le développement du potentiel humain. On sème des pensées limitatives qui peuvent dans bien des cas finir par couper les ailes pour s’envoler ou prendre des initiatives.
Notre société se donne des moyens peu efficaces et constructifs pour permettre le plein développement du potentiel humain. Notre société a tendance à ne récompenser que l’excellence. De cette façon, on étouffe
l’initiative des gens qui se retrouvent avec des étiquettes telles que : « tu es un faible, un marginal, un bon à rien. La transmission de pensées limitatives entraîne un cercle vicieux auprès des générations qui formeront l’avenir. On lègue l’esprit limitatif. Ce qui implique qu’au premier obstacle, on baisse les bras et finit par se décourager.

Intervention
1. Une intervention efficace passe par un changement d’idée. La personne doit donc critiquer, évaluer, contester
certaines de ses idées afin d’en vérifier leur exactitude et le réalisme. Lorsqu’il s’avère que des idées soient
fausses, il y a avantage à les remplacer par des idées vraies.

2. Il est utile de constater que l’opinion des autres est la plupart du temps sans effet. En tenir compte exagérément est nuisible et ceci inutilement.

3. Se confronter afin de faire la preuve que les actions ne peuvent influencer notre valeur, s’il y a.

4. Favoriser l’acquisition de certaines idées réalistes tel que :
• Nous sommes tous des êtres humains faillibles et imparfaits.
• L’échec est inévitable. Elle peut être désagréable, mais pas terrible ou catastrophique.
• Mieux vaut agir imparfaitement que de ne pas agir.
• Les humains apprennent par essais et erreurs. Le fait d’agir m’aide parfois à devenir plus efficace.
• Je ne suis pas ce que je fais (la personne et ses gestes sont deux choses distinctes).
• Agir parfaitement est un objectif irréaliste.
• Faire des erreurs, se tromper, connaître des échecs sont inévitables. C’est souvent ennuyeux,
déplaisant, nuisible, embarrassant, mais ce n’est jamais une catastrophe.
• Mes succès et mes échecs ne changent rien à ma nature et à ma valeur d’être humain.
• Désirer ou vouloir s’améliorer, devenir plus compétent, etc. est souvent utile. L’exiger est nuisible.
• Me tromper ne peut pas faire de moi un niaiseux ou un stupide.
• Il est normal d’être moins habile lors des activités nouvelles.
• À l’impossible nul n’est tenu et au possible non plus.
• Les solutions parfaites n’existent pas.
• Il est possible d’avoir du plaisir, peu importe la qualité de la performance.
• Tous les êtres humains réussissent des choses et en échouent d’autres.
• Personne n’arrive à tout contrôler.
• Chercher à apprendre de ses erreurs, est plus utile que se blâmer.


Vous aimeriez en parler ? Contactez-moi !

Alain Beaulieu, intervenant